Manifeste POUR la fin du monde le 21 décembre 2012

En résumé – car en plus les gens sont flemmards – en résumé donc, le projet « Humanité » a échoué. Le terminer dignement serait peut-être la seule chose lui permettant d’avoir un bilan globalement positif.

Ce projet humanité à démarré il y a plus ou moins 10 000 ans – si je compte serré – ou environ 150 000 si j’inclus quelques ancêtres hominidés plus ou moins bien dégrossis ; mais après tout pourquoi les exclure lorsqu’on voit les candidats de la Télé Réalité de nos jours.

**** Interlude ****

Top 10 des raisons de se réjouir de la fin du monde

10 – Il n’y aura jamais de saison 4 de Homeland

9 – Nicolas Sarkozy aura subi 712 concerts  de Carla Bruni pour rien

8 – Je vais pouvoir annuler mon examen de la prostate

7 – Demain, je reprends la clope

6 – Luc Besson ne fera pas Le Transporteur 6 ni le Cinquième Elément 2

5 – Treme est fini

4 – L’hiver, les filles, les promenades en forêt

3 – Enfin la disparition finale des lituaniens et des experts-comptables.

2 – Plus la peine de finir ce qu’on comm

**** Fin de l’interlude ****

findumonde2

Personnellement j’ai été, je l’avoue, sporadiquement attaché à mon enveloppe humaine. Parfois plus, parfois moins, parfois juste un peu à gauche, oui là c’est bon, exactement là, vas-y, accélère, oui c’est bien – finalement l’humanité peut avoir du bon, quand quelqu’un vous gratte le dos bien comme il faut. Mais cela n’arrive malheureusement que trop rarement et c’est un bonheur bien fragile.

**** Interlude ****

Top 10 des raisons de regretter la fin du monde

10 – JM Le Pen mourrait peut-être des suites d’une longue et douloureuse maladie

9 – Al Qaida pourrait envoyer une bombe sur un camp de candidats de la Télé Réalité

8 – Tout comme le soleil succède inexorablement à la pluie, Céline Dion finira bien par arrêter de chanter

7 – Malgré tous nos efforts, il y a encore des pigeons qui chient dans Paris

6 – Parfois – rarement, mais parfois – c’est bien un As qui sort en dernier et qui te donne le Brelan et tu gagnes

5 – L’été, les filles, les jupes (ok, pour celles qui insistent : l’été, les garçons, les jupes)

4 – Daenerys Targaryen finirait par dominer le monde et je pourrai être son esclave

3 – heu, non, je ne vois rien d’autre, en fait.

****  Fin de l’interlude ****

Donc, finalement, la vraie question qui se pose, c’est A quoi bon, tout ça, et le reste ? Est-ce que le prix de nos bonheurs fugaces est vraiment la douleur et l’horreur ? Pourquoi n’est-il même pas possible de trouver dix raisons de ne pas regretter la fin du monde ? Je pense que nous étions aussi bien dans notre condition pré-cognitive d’hominidés pilotés par un instinct minimaliste de faim, peur, envie, froid, chaud – et de beaucoup moins de sujets, en règle générale, impliquant nos neurones, nos émotions ou des experts comptables.

*** Interlude ***

« La faim dans le monde ? Les enfants malades ? Les animaux martyrisés ? La douleur des femmes battues ?

Pour ça non plus, il n’y pas d’Appli. »

***  Fin de l’interlude ****

Je suis personnellement réellement déçu de deux choses :

– Avoir commencé ce texte AVANT le 21 décembre 2012 et la crainte millénaire de ces Mayas terrifiants ;

– Avoir eu la flemme de le finir avant le 15 janvier 2014 et le dégonflement pitoyable de ces baudruches sud-américaines peinturlurées et velléitaires. Du coup :

– Si la fin du monde avait vraiment eu lieu le 21 décembre 2012, j’aurai certes été bien content, mais quand même un peu déçu de ne pas avoir pu révéler mes pensées brillantes à la face du monde agonisant.

– Si la fin du monde n’a pas vraiment eu lieu – ce qui d’ailleurs maintenant que j’y pense est le cas et donc ma concordance des temps est totalement à revoir – si donc le monde est encore là, je me retrouve avec deux déceptions franches et un problème majeur :

– Si le monde n’a pas fini d’en finir, c’est peut-être faute d’avoir publié ce texte en temps et en heure, car peut-être aurait-il pu jouer un rôle majeur auprès des instances dirigeantes et être la goutte d’eau qui remet les pendules à leur place et aurait eu un rôle détonateur et salvateur, et de ma vie je ne m’en remettrait jamais – ne pas avoir contribué à la mort de l’humanité est une sacrée responsabilité, bien lourde à porter.

– Mon titre est totalement daté voire franchement ridicule, et je trouve ça terriblement mesquin de la part des Mayas de me faire passer pour un attardé. Et cela sans parler de mon problème majeur :

– C’est maintenant au moins le septième tiret d’une énumération qui devait ne comporter que deux éléments – cf ci-dessus – et je suis sûr que des gens malintentionnés vont s’en apercevoir et le rapporter aux instances dirigeantes. Qui n’ont donc guère de chances de prêter une attention bienveillante à ma prochaine supplique – dont je puis vous livrer ici le titre en exclusivité et Arial 12 :

« Ce monde est totalement insupportable – et on y meurt beaucoup trop jeune ! »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire