Haïku vespéral

Dans la splendeur de la nuit mordorée et la nature abandonnée

Sentir sous moi ton corps nu se tendre, se cambrer et soudain se relâcher

M’a transmis un émoi à la fois torride… et glacé

Putain de saloperie de limace, c’est répugnant à écraser

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire