Esthétique du pire

voile yeux fermés On me pose parfois la question – est-ce que je suis pour le port du voile ?

 Ma réponse est franche et évidente – je veux dire, il n’y a même pas débat  : c’est clairement… Non !

 Non et non, évidemment.

Bien sûr que je n’approuve pas le port du voile.

Enfin, sauf pour les moches.

Ah bah oui, si, ça, quand même. Alors, je sais, ça peut paraître contradictoire avec l’objectif initial pour les adeptes d’une application religieuse stricte. L’idée de base est quand même de ne pas laisser les hommes, naturellement pieux et vertueux, se laisser tenter par toutes ces femmes qui ne font rien qu’à avoir des cheveux sur la tête, et parfois même des oreilles et un cou – pff, viles provocatrices lubriques aguichant sans vergogne – ou même avec – l’innocente mais fragile gent masculine. Salopes ! Trainées !

Bon cela dit, calmons-nous et revenons à notre propos : pourquoi alors proposer de voiler les moches, alors que cacher les belles pourrait sembler plus approprié par rapport à ces obsédés du.., heu, culte ?

monty python

La mère de Brian (ou son père. Peu importe)

Et bien d’abord parce qu’avant toute chose, il faut considérer le côté esthétique de la chose – trop souvent négligé, d’ailleurs, par les commentateurs politiques et exégètes religieux. Voiler les moches, c’est aussi un habile compromis avec les tenants du foulard islamique – on avance à petit pas les uns vers les autres et c’est le « vivre ensemble » qui progresse. Mais il y a aussi plein d’autres avantages : ça égaye le paysage, ça met de bonne humeur, ça gomme les défauts. D’ailleurs, je suis sûr que la plupart des moches sont d’accord et même volontaires pour le voile – allez-y, allez-y, posez leur la question. Articulez et parlez fort – elles n’entendent pas toujours bien sous la burka. Si elles agitent la tête ça veut dire oui (ou qu’elles n’arrivent plus à respirer, ça peut arriver aussi).

Je suis donc pour le port du voile pour les moches. Mais pas seulement les filles, hein. Les hommes aussi. Les bossus, les trop gros, les trop maigres, les yeux-de-crapauds, les vieillards libidineux – hein ? oui, oui, je parle de DSK, là – les mal foutus, les mal baisés, les mal habillés, les…- heu, non, ok, pas les mal habillés – et d’abord, c’est ma mère qui choisit mes costumes, si ça ne vous plait pas, allez lui dire.

Imaginez ce monde où vous ne croiseriez plus que des beaux mecs ou des sublimes nanas  – plus quelques sacs à patates avec juste une fente pour les yeux. Et encore, hein, la fente c’est que pour ceux ou celles qui ont de beaux yeux. Les crétins de myopes et les stupides astigmates – hop, lunettes de soleil obligatoires. Jour et nuit. Vous entendez ? On ne va pas vous laisser gâcher notre beau monde encore longtemps, enculés de presbytes – hein, quoi ? Heu, non, rien, finalement, c’est bon, les presbytes, vous pouvez y aller.

Ah quel monde ce serait ! Quel beau monde ! Imaginez. Imaginez un instant.

Un monde sans laideur. Sans horreur. Un monde où ne croiserait plus dans la rue Carmen Cru ou un SDF mal rasé, mais seulement Laetitia Casta ou Scarlett Johanson. Un monde où la reine des médias serait une candidate de la télé réalité sans cervelle mais à la plastique irréprochable. Où des héritières sans cerveaux mais avec des nichons de compétition seraient des stars mondiales. Un monde où il suffirait d’avoir une chemise blanche ouverte et des cheveux mi-longs pour être un philosophe. Un monde où les politiciens ne seraient pas élus sur leur capacité de gouverner, mais sur leur sens de la formule percutante – et leur brushing poivre et sel. Un monde où seuls règneraient harmonie, beauté, volupté…

Un mariage traditionnel, avec la mariée voilée ? Bon, et un peu enceinte aussi, ok, mais ne vous arrêtez pas aux détails (comme Robert Altman dans « Prêt-à-porter »)

Mais oui, en fait, ce monde existe presque déjà – et ça explique sans doute pourquoi on voit plus souvent à la télé Nabilla, Paris Hilton et Jean-Marc Morandini qu’Elisabeth Badinter, Haruki Murakami et Edgar Morin.

Ca fait longtemps qu’on a occulté les moches, chez nous – on ne les voit plus. Et aussi et surtout les intellos, les trop bavards en interviews, les ceux-qui-refusent de répondre par une formule percutante aux médias mais essayent – en vain – de développer des arguments, les un-peu-chiants même s’ils ont raison, les vrais philosophes, les sociologues, les lanceurs d’alerte, les chercheurs (…) On a torpillé ceux qui avaient quelque chose à dire pour laisser à la place à ceux qui savaient dire – des choses comme « N’oubliez pas de voter par SMS pour le candidat Jean-Neuneu23 » ou « Bonne nouvelle, la bourse à gagné 2,3 points à l’indice clac40 ce matin » ou encore le percutant « La France tu l’aimes ou tu la quittes » et le tonitruant « Halte à la justice laxiste bla-bla-bla » sans même parler de « Persil qui lave plus blanc-blanc-blanc » ou de « Solarsil qui bronze plus fort-fort-fort« … Il faut savoir dire ces choses, ou être jolie à regarder, ça marche aussi.

Tout comme on n’élit plus depuis longtemps ceux qui savent gouverner, mais ceux qui savent le faire croire – et qui présentent bien.

L’absence totale de tribune véritable pour les intellectuels transforme le moindre bateleur de foire un peu talentueux en sauveur de la nation – Sarkozy aurait du finir commercial dans une agence immobilière ou vendeur de voiture, c’est là où son bagout à deux balles et sa réthorique de cours de récréation auraient normalement du donner leur pleine mesure. Au lieu de ça, la télé l’a consacré champion-en-chef des amuseurs publics à talonnettes et à sourire canaille (j’ai par ailleurs bien conscience qu’employer ici le mot intellectuel sans lui donner une connotion négative est d’une grande audace – tant un paquet d’abrutis a réussi à faire de ce mot une forme d’insulte assez étonnante, par un retournement de situation plutôt comique : le crétin décrète que l’intelligence, dont il est justement dépourvu, est un défaut, et ça marche !).

Dans le futur de notre monde parfait, il y a aura bien un Google, il y a aura bien un Oculus, qui nous inventera des lunettes occultantes de moches, non ? Personnalisables et paramètrables à l’infini, j’espère : « En mettant vos lunettes MondeIdéal 3000, un voile sera automatiquement appliqué sur les personnes que vous croisez et qui ne correspondent pas à vos critères esthétiques, politiques, philosophiques – ou qui ont de trop petits seins. Et avec l’extension ZemmourSoftware, vous pourrez aussi effacer les jeunes, les gays, les SDF et toutes les automobiles fabriquées après la mort de Georges Pompidou ».

Alors je vous le dis – voilons directement les moches, ce sera déjà ça de fait.

Et les experts comptables.

O.

PS – A la relecture de ce texte, je m’aperçois que j’ai peut-être en fait légèrement exagéré sur les critères d’application du voile aux hommes. Restons humains. D’autant que la burka me va très mal et que ce n’est pas de ma faute si j’ai légèrement forci récemment.

Ou alors, comme le suggère Spencer Tunick, nous pourrions tous être voilés, mais nus. Ben voila, faisons ça, finalement. (Enfin.. sauf les moches)

 

A lire aussi, si on veut

Prolégomènes du moi (ou « Histoire de fesses », j’hésite encore)

Eloge de l’altruisme en politique, abondamment illustré d’exemples tirés de la carrière édifiante de Nicolas Sarkozy

ou tout simplement… Retourner au sommaire

Laisser un commentaire